India HAIR dans « CRASH TEST AGLAE », premier film d’Eric GRAVEL – Sortie le 2 août 2017

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 46sec | Postée : Il y a 4 mois | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 404 vues | Notez
Avec Julie Depardieu, Yolande Moreau, Anne Charrier, Frédérique Bel, Alastair Cumming, Hanns Zischle
 
L'histoire d'une jeune ouvrière psychorigide dont le seul repère dans la vie est son travail. Lorsqu'elle apprend que son usine fait l'objet d'une délocalisation sauvage, elle accepte, au grand étonnement de l'entreprise, de poursuivre son boulot en Inde. Accompagnée de deux collègues, elle va entreprendre un absurde périple en voiture jusqu'au bout du monde qui se transformera en une improbable quête personnelle.
 
Après des études littéraires, India HAIR se perfectionne au Conservatoire de Nantes entre 2005 et 2007. En parallèle elle écrit et réalise le court-métrage Coupée en Trois avant de rejoindre le Conservatoire de Paris (CNSAD) où elle étudie la comédie avec Dominique Valadié, Alain Françon et Philippe Torreton. En 2007, elle joue dans le court-métrage Vue Subjective de Thomas Lipinski et Awa de Marion Dessaigne l'année suivante. Deux ans plus tard, India Hair tourne pour la première fois dans un long-métrage avec Avant L'Aube de Raphaël Jacoulot. On peut également la découvrir durant cette période dans un épisode de Boulevard Du Palais. En 2012, Noémie Lvovsky lui offre un rôle rafraichissant dans son touchant Camille Redouble, ce qui vaut à la comédienne d'être séléctionnée à la catégorie "Meilleur espoir féminin" à la 38e Cérémonie des César 2013. En 2016, l'actrice incarne la jeune Marie dans le film d'Alain Guiraudie Rester Vertical, présenté en compétition officielle au 69ème Festival International Du Film De Cannes.
 
Exilé en France depuis le tournant du millénaire, Éric GRAVEL a signé des publicités pour des marques comme Louis Vuitton, Peugeot et Dior au cours des dernières années. Au Québec, il travaillait en télé avant son grand départ. Diplômé en cinéma de l’Université Concordia, Éric Gravel a dû repartir à zéro après son arrivée en France. «La porte d’entrée dans le métier, c’était comme technicien, explique le détenteur d’un DEC en arts et technologie des médias au Cégep de Jonquière. J’ai refait mes galons pour prouver que je pouvais faire mon travail de réalisateur. J’ai persévéré et voilà qu’aujourd’hui je tourne mon premier long-métrage.»