Alice ISAAZ dans « LA SURFACE DE REPARATION », premier film de Christophe REGIN – Sortie le 17 janvier 2018

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 27sec | Postée : Il y a 10 mois | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 857 vues | Notez
 Avec Franck Gastambide, Hippolyte Girardot, Moussa Mansaly …
 
Franck vit depuis 10 ans en marge d’un club de foot de province. Sans statut ni salaire, il connait bien les joueurs et les couve autant qu’il les surveille. Un soir il rencontre Salomé, l’ex-maîtresse d’un joueur, qui a jeté son dévolu sur Djibril, une vieille gloire du foot venue finir sa carrière au club.
 
Repérée toute jeune à Biarritz par Jonathan Borgel pour son court métrage Jeanne, Alice ISAAZ tient à continuer ses études avant de se lancer dans une carrière. Née à Bordeaux en 1991, elle obtient son bac scientifique, avant de suivre le Cours Florent, puis d'obtenir son ticket d'entrée pour la Classe libre du Cours Florent.
La carrière d'Alice Isaaz débute, en 2011, à la télévision, dans Joséphine, ange gardien, Victoire Bonnot ou encore Les Petits Meurtres d'Agatha Christie. En 2013, elle fait ses premiers pas au cinéma dans le film La Cage dorée de Ruben Alves, avant d'enchaîner les rôles, l'année suivante, dans des films peu connus, comme Fiston, La Crème de la crème et Les Yeux jaunes des crocodiles où son interprétation de la fille de Julie Depardieu est récom­pensée du Swann d'or de la révélation féminine au festival de Cabourg. En 2015, elle est au casting du film Un moment d'égarement avec Vincent Cassel et François Cluzet.
 
Après des études en arts du spectacle à Paris, Christophe REGIN est diplômé de La fémis, section production, en 2005. Puis c'est vers l'écriture et la réalisation qu'il se tourne. Son premier film court, Adieu Molitor, s'intéresse déjà au monde du football tandis que Le 12ème homme (en collaboration avec Erwan Le Duc) est une mini-série diffusée sur le site internet du journal Le Monde pendant la Coupe du monde de football de 2006. Dans son premier long-métrage La Surface de réparation, il révèle le jeu sensible et inattendu de Franck Gastambide.