« COMMENT J’AI RENCONTRE MON PERE, premier film de Maxime MOTTE » – Sortie le 7 juin 2017

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 47sec | Postée : Il y a 6 mois | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 610 vues | Notez
 
Avec Albert Delpy, Isabelle Carré, François-Xavier Demaison, Owen Kanga, Diouc Koma, Nicole Shirer
 
Dans la famille d’Enguerrand, petit garçon adopté d’origine africaine, rien ne se fait comme ailleurs !
Son père, Eliot, assume si peu d’être un père adoptif qu’il bassine son fils à longueur de journée sur ses origines africaines. Pour sa mère, Ava, Eliot en fait trop : trop aimant, trop étouffant… Une nuit, Enguerrand croise le chemin d’un migrant, Kwabéna, à la peau noire comme la sienne. Pour lui, c’est sûr, il s’agit de son père biologique ! Il décide donc de l’héberger dans sa chambre, à la grande surprise de ses parents… De péripéties en rebondissements, l’aventure pourrait bien souder la famille comme jamais.
 
Né en 1973, à Neuilly sur Seine, Maxime MOTTE fait des études de cinéma à l’ESRA et de théâtre à l'Atelier Blanche Salant et au Cours Périmony. En 1997, Vincent Cassel lui offre son premier rôle dans Échantillon, un court-métrage produit par l'ADAMI dans le cadre d'Opération Talents au Festival de Cannes.
Il découvre ensuite l'opéra et enrichie sa formation avec des cours de chant lyrique. Il donne plusieurs récitals et chante au Festival des Nuits Lyriques du Pays Basque, quand il rencontre le réalisateur italien Beppe Cino qui lui propose de jouer dans son film Quell'estate felice, en Italie.
De retour en France, il incarne sur les planches le Dorante de La Femme fidèle, de Marivaux, et monte sa troupe de théâtre de rue. Au cinéma, il joue des petits rôles, dans L'Exercice de l'État de Pierre Schöller et dans Au bonheur des ogres de Nicolas Bary . Éric Lavaine lui confie un rôle de guide savoyard dans son adaptation télévisée du Voyage de monsieur Perrichon d'Eugène Labiche. Il tourne dans les deux premiers films de David Charhon : Cyprien avec Élie Semoun dans le rôle-titre, et De l'autre côté du périph aux côtés d'Omar Sy et Laurent Lafitte.
Pour lier chant et comédie, il écrit, joue et met en scène à Paris un spectacle musicale, Récital pour trio désaccordé avec la cantatrice Marjorie Muray et le pianiste José-Abel Gonzales.
Passionné autant par le jeu que l'écriture et la mise en scène, derrière la caméra il écrit et réalise deux courts-métrages Sans et Comment j'ai rencontré mon père. Ce deuxième court-métrage lui inspire l'écriture et la réalisation de son premier long métrage éponyme, Comment j'ai rencontré mon père, produit par Laetitia Galitzine et Philippe Rousselet.