Diane ROUXEL et Jeanne COHENDY dans « MARCHE OU CREVE », le premier film de Margaux BONHOMME – Sortie le 5 décembre 2018

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 39sec | Postée : Il y a 1 semaine | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 743 vues | Notez
 
Avec Cédric Kahn, Agathe Dronn, Pablo Pauly, Clémentine Allain …
 
Elisa, une adolescente fougueuse et passionnée, veut profiter de l’été de ses 17 ans sur les pentes escarpées du Vercors où elle a grandi. Mais sa mère quitte la maison et la laisse seule avec son père pour s’occuper de sa sœur handicapée. Une responsabilité de plus en plus lourde qui la fait basculer de l’amour à la haine, jusqu’à perdre pied.
 
Après des études en arts plastiques, Diane ROUXEL fait ses premiers pas au cinéma à l'âge de 18 ans dans The Smell of us (2013) de l'américain Larry Clark. Si le tournage se révèle compliqué avec un réalisateur qui en demande beaucoup à ses comédiens, Diane relève le défi haut la main et en ressort comme la révélation du film.
En 2015, elle remporte le Prix du jury du Meilleur second rôle féminin pour son interprétation d'une jeune fille aveugle dans Fou d'amour réalisé par Philippe Ramos, aux côtés de Melvil Poupaud et Dominique Blanc. La même année, Emmanuelle Bercot la choisit pour incarner la petite-amie de son héros Malony (Rod Paradot) dans La Tête haute. Un rôle qui lui vaut de figurer sur la liste des Révélations 2016 de l'Académie des arts et techniques du cinéma.
 
Révélée en 2012 dans Populaire puis Augustine, Jeanne COHENDY a fait le conservatoire de Clermont-Ferrand. Elle a également figuré dans quelques téléfilms et a joué dans de nombreuses pièces de théâtre comme Le Faiseur d’Honoré de Balzac, La Noce de Bertolt Brecht ou L’école des femmes de Molière.
 
Margaux BONHOMME commence à photographier à l’âge de 14 ans. Elle travaille auprès de photographes de Magnum et de Rapho qui lui permettent de découvrir le reportage, mais c’est par le cinéma, à la London Film School, qu’elle acquiert la maîtrise technique de l’image. Quand elle revient en 1998 à Paris, elle devient directrice de la photographie en fiction et en publicité. Pendant ce temps, la photographie reste une intime compagne. Elle expose son travail photographique personnel à Paris et à Arles, et participe à de nombreux concours internationaux. Depuis 2005, elle réalise ses propres films. Son premier court métrage, Un certain dimanche, raconte une chronique amoureuse entre deux jeunes adolescentes et lui permet d’aborder les thèmes qui la touchent particulièrement : l’inquiétude, la rupture, et la fin de l’enfance. Puis, elle écrit et réalise La voix de Kate Moss, une comédie qui critique l’image de la femme véhiculée en publicité, milieu où elle exerce désormais en tant que réalisatrice. Prix du public au festival du film de Montpellier. En 2011, elle réalise un court documentaire, Bel Canto, sur un jeune handicapé qui veut s’insérer dans une chorale et devient chanteur. Le sujet lui tient particulièrement à cœur, car Margaux a grandi avec sa sœur polyhandicapée, Sylvie. Elle décide d’aborder ce sujet personnel plus frontalement, dans son travail d’auteur, écrit et réalise Marche ou crève.