IZIA HIGELIN dans le film « MAUVAISE FILLE» de Patrick MILLE – Sortie le 28 novembre 2012

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 47sec | Postée : Il y a 7 ans | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 54 vues | Notez
Avec Carole Bouquet, Bob Geldof, Athur Dupont …
 
Louise apprend simultanément qu'elle est enceinte et que sa mère est gravement malade. Le bonheur et la culpabilité; l'euphorie et la tristesse, l'amour filial et l'amour tout court. Il lui faudra bien neuf mois pour gérer tout ça...
 
Mauvaise Fille est l'adaptation du roman éponyme de Justine Lévy, publié en 2009.
 
Vers l’âge de six ou sept ans, Izia HIGELIN rêve de Licornes et de Châteaux. Ses premières imitations sont de Marilyn Monroe et ses premiers goûts musicaux sont plutôt Boys band.
A dix ans, elle fréquente les Luna park avec papa. C’est à treize ans qu’elle compose ses premiers morceaux et commence le théâtre. A quinze ans, Izia met une fin définitive à sa vie scolaire, étonnant quand on sait qu’elle aspirait à devenir « maîtresse ».
En 2006, à peine 16 ans et c’est déjà la scène des Printemps de Bourges. Ascension vertigineuse, la comète Izia se propulse dans les esprits et signifie sa présence au monde du Rock. L’iguane ne s’y trompe pas, elle fait d’ailleurs sa première partie en 2007.
Le théâtre a une importance singulière dans la famille Higelin, cet art majeur a façonné inévitablement le jeu de scène d’izia.
Rockeuse déjà multi-récompensée aux Victoires de la musique, elle fait ses premiers pas au cinéma dans ce rôle taillé sur mesure pour l'artiste à la réputation de bête de scène.
 
Du haut de ses 36 ans, Patrick MILLE, homme de théâtre, a depuis ses 19 printemps fait de nombreuses apparitions sur grand écran.
Dès l’âge de 15 ans, j’avais envie de devenir comédien et j’ai intégré une troupe de théâtre. Mais c’est par hasard que j’ai atterri au cinéma : inscrit au cours Florent, j’ai passé sans trop y croire le casting des Équilibristes avec Michel Piccoli et j’ai fait mes premiers pas devant une caméra. Ensuite, c’est grâce à Françoise Menidrey, directrice de casting réputée, que j’ai décroché un rôle dans Mon père ce héros face à Depardieu.
Mais c’est grâce à Chico, personnage excentrique à l’accent brésilien, qu’il est devenu une icône du petit écran et s’est fait remarqué par le 7e art.