Kacey MOTTET KLEIN et Oulaya AMAMARA dans « L’ADIEU A LA NUIT » – Sortie le 24 avril 2019

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 41sec | Postée : Il y a 7 mois | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 392 vues | Notez
Réalisé par André Téchiné
Avec Catherine Deneuve , Stéphane Bak , Kamel Labroudi , Mohamed Djouhri , Amer Alwan
 
Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada.  Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…
 
Kacey MOTTET KLEIN est né à Lausanne en Suisse, d’un père américain et d’un mère française. En 2007, la réalisatrice Ursula Meier repère le petit garçon lors d’un casting sauvage, alors qu’il se promène en famille à Ouchy, au bord du Lac Léman. Elle lui confie son premier rôle, alors qu’il a à peine 10 ans, et l’intègre au casting de son film Home (2008) avec Isabelle Huppert et Olivier Gourmet. Sa prestation est remarquée, et il remporte une mention spéciale du jury au Festival du film francophone d’Angoulême.
Le petit garçon, encouragé par cette première expérience, va poursuivre les castings parallèlement à sa scolarité. En 2010, Joann Sfar va le choisir pour interpréter Gainsbourg enfant dans Gainsbourg, vie héroïque. Puis, en 2012, il retrouve Ursula Meier pour tourner L’enfant d’en haut dans lequel il donne la réplique à Léa Seydoux. Ce rôle lui vaut une nomination au César du meilleur espoir masculin en 2013. Conforté dans son choix, Kacey décide, en 2014, d’arrêter l’école pour se consacrer pleinement à sa carrière d’acteur.
Dès lors, l’aspirant acteur enchaîne les tournages; Gemma Bovery (2014), Le mauvais fils (2014), Une mère (2015), ou encore Keeper (2015). En 2016, il est à l’affiche du film d’André Téchiné, Quand on a 17 ans. Il décroche le Swann d’or de la révélation masculine lors du Festival du film de Cabourg et, en janvier 2017, reçoit une nomination au César du meilleur espoir masculin. 
 
A 10 ans Oulaya AMAMARA découvre les coulisses du cinéma par le biais de l'association 1000 Visages, fondée par sa soeur aînée Houda Benyamina. En effet, l'association forme des jeunes, issus de quartiers prioritaires, aux métiers du cinéma. La jeune fille assiste à plusieurs tournages et décide de prendre des cours de théâtre. 
Au sein l'association 1000 Visages, elle s'affaire à tous les postes, puis son talent pour la comédie se révèle en 2012 avec le court-métrage Le commencement de Guillaume Tordjman. En 2013, elle obtient le rôle principal du court-métrage Le rêve indien d'Assia Bellaâ qui lui permet de se faire remarquer et t'intégrer l'agence VMA. En 2014, Jean-Xavier de Lestrade lui confie l'un des rôles principaux de la mini-série 3 x Manon, diffusée sur Arte. En 2015, son rôle dans le court-métrage Belle Gueule d'Emma Benestan lui vaut le prix d'interprétation féminine au Festival Premiers Plans d'Angers
En 2016, Houda Benyamina réalise son premier long-métrage, Divines, et confie à sa petite soeur Oulaya Amamra le rôle principal. Sorti sur les écrans en août 2016, le succès du film permet à Oulaya Amamra d'être révélée au grand public. Elle décroche plusieurs prix (ex-aequo avec Déborah Lukumuena); Meilleure actrice au Festival de Carthage en novembre 2016 et Prix Lumières du meilleur espoir féminin en janvier 2017. Le 24 févier 2017, elle remporte le César du meilleur espoir féminin.