« PARIS WILLOUBY », premier film de Quentin REYNAUD et Arthur DELAIRE – Sortie le 20 janvier 2016

Par : Rémi Castillo | Durée : 2min 9sec | Postée : Il y a 5 ans | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 386 vues | Notez
 
Avec : Isabelle Carré, Stéphane de Groodt, Alex Lutz, Joséphine Japy, Solal Forte
 
Les Guilby Lacourt forment une famille recomposée typique de notre époque. Entre père, belle-mère, petite sœur, frère, demi-sœur, ou encore demi-oncle, ils ont parfois du mal à s’y retrouver ! Un soir, ils apprennent la mort d'un grand-père avec qui ils ont coupé les ponts depuis une dizaine d'années. Fatalement voués à cohabiter le temps d'un long voyage pour se rendre à son enterrement, ils vont tous très vite devoir s'adapter au concept du "vivre ensemble" dans l'espace exigu de la voiture familiale. Pour le meilleur et pour le pire !
 
Entretien avec Quentin Reynaud et Arthur Delaire : Paris-willouby est votre premier long métrage à tous les deux.Qu’est-ce qui vous a réunis ?
 
Quentin REYNAUD : Nous sommes originaires de la région bordelaise. Par l’intermédiaire d’amis communs, nous nous sommes retrouvés à la même table alors que nous étions sur deux films qui se tournaient sur le bassin d’Arcachon. Arthur et moi avons commencé à discuter et nous avons vite constaté que nous étions assez proches en termes de vision artistique et d’envie de cinéma. Paris-willouby est né lors d’un dîner, sur un coin de table par des dessins racontant l’histoire d’une famille recomposée ! Mais avant d’envisager un long métrage, nous sommes passés par des courts…
 
Arthur DELAIRE : D’ailleurs, je me souviens avoir ressorti la nappe martyrisée que nous avions gardée précieusement lors de notre première vraie séance de travail ! Notre premier court s’appelle Course En Sac. Nous nous sommes amusés à y raconter la journée incroyable de deux abrutis que tout oppose tombant par hasard sur un sac remplis de billets de banques. Avec le second, Demain C’est La Fin Du Monde, qui met notamment en scène Clovis Cornillac et Laurence Arné, nous avons souhaité nous plonger dans un univers plus intimiste et plus élaboré du point de vue de l’image. En parallèle, nous avions évidemment toujours l’idée de mettre en scène un long métrage…
 
Extraits de : www.commeaucinema.com/notes-de-prod/paris-willouby