« SUN », premier film de Jonathan DESOINDRE et Ella KOWALSKA – Sortie le 24 juillet 2019

Par : Rémi Castillo | Durée : 1min 27sec | Postée : Il y a 2 mois | Chaîne : Jeunes Talents du Cinéma
Partager | Exporter | 575 vues | Notez
 
Avec Jean-Christophe Laurier , Tewfik Jallab , Annabelle Lengronne , Aadar Malik , Ludovic Berthillot , Meriem Serbah , Xavier Boiffier , Didier Wampas , Delphine Théodore
 
Sunil Pratham, dit Sun, est un livreur de 30 ans d'origine indienne. Il mène une vie effrénée dans le Paris d'aujourd'hui, mais tout menace de s'arrêter le jour où ses employeurs Chinois mettent fin à leurs activités illégales. Pour continuer à travailler, Sun décide de monter une vraie société de coursiers. Son plan est vite compliqué par l'arrivée inopinée de son cousin, joueur de sitar venu à Paris pour faire carrière, et auquel Sun doit promettre un concert à l'Olympia. Pris dans ses mensonges, Sun aura dès lors bien du mal à s'inventer un avenir...
 
Jonathan DESOINDRE, licencié de philosophie à la Sorbonne, fut tout d’abord journaliste indépendant et directeur de publication de la revue de sciences humaines Trouble(s)... En 2004, il intègre la Fémis dans le département réalisation. A l’école et depuis sa sortie, il a réalisé de nombreux courts métrages.
 
Ella KOWALSKA a une formation d'historienne de l'art et de juriste. Titulaire d'un Master 2 en Histoire du patrimoine à la Sorbonne, et d'un Master 2 de Droit à l'Université Paris Sud, elle n'a eu de cesse de travailler l'interdisciplinarité et le métissage, convaincue que les croisements improbables sont les plus féconds.  
 
Particulièrement sensibles aux couleurs, aux matières et aux sons qui peuplent le monde et lui donnent sa texture, Jonathan et Ella cherchent en permanence à atteindre le juste équilibre entre réalisme et fantaisie, à la quête d'une forme de « réalité augmentée ». Mus par la volonté de rendre compte de notre temps, et notamment des rapports complexes entre l’individu et le groupe social, ils tentent ainsi à chaque film de trouver la forme la plus appropriée pour raconter notre modernité - convaincus non seulement que chaque récit demande une forme singulière, mais aussi qu’il est nécessaire de faire un pas de côté pour rendre notre réalité perceptible au spectateur. C’est dans cet écart que réside pour eux la puissance du cinéma, capable de faire passer des idées et des émotions par l’image et le son plutôt que par de longs discours.